L'ouvrage est composé en surface de trois blocs de combat, dont l'un fait office de bloc d'entrée, avec en souterrain des magasins à munitions, une usine électrique et une caserne, le tout relié par une galerie profondément enterrée.
L'énergie est fournie par deux groupes électrogènes, composés chacun d'un moteur Diesel SMIM 4 SR 19 (quatre cylindres, fournissant une puissance de 100 ch à 600 tr/min) couplé à un alternateur, complétés par un petit groupe auxiliaire (un moteur CLM 1 PJ 65, de 8 ch à 1 000 tr/min) servant à l'éclairage d'urgence de l'usine et au démarrage pneumatique des gros moteurs. Le refroidissement des moteurs se fait par circulation d'eau.
L'ouvrage devait devenir en 2e cycle un gros ouvrage d'artillerie avec sept blocs de plus : deux entrées, deux tourelles de 75 mm, une tourelle de 135 mm, une casemate pour trois canons de 75 mm et une tourelle de 145 mm. Le bloc 1 est une casemate d'infanterie flanquant vers l'ouest, avec un créneau mixte pour JM/AC 47 (jumelage de mitrailleuses et canon anti-char de 47 mm), un autre créneau pour JM, une caponnière battant l'intervalle vers le bloc 3 avec une arme mixte (remplacée par un JM), une tourelle pour deux armes mixtes et deux cloches GFM (guetteur fusil mitrailleur, dont l'une sert d'observatoire avec un périscope, indicatif O 26). Le bloc 2 sert d'entrée, armé avec une cloche d'arme mixte et une cloche GFM. Le bloc 3 est une casemate d'infanterie double flanquant vers l'ouest comme vers l'est, avec un créneau mixte pour JM/AC 47, un autre créneau pour JM, une caponnière battant l'intervalle vers le bloc 1 avec une arme mixte (remplacée par un JM), une tourelle de mitrailleuses et deux cloches GFM (dont une sert d'observatoire avec périscope, indicatif O 24)
ozio_gallery_lightgallery
© 2006-2019. Les Fortifications En Moselle et en Alsace. Tous droits réservés.