Le monobloc de l'Einseling est constitué d'un bloc casemate, auquel a été greffé un bloc pour tourelle de mitrailleuses pendant la construction. La tourelle a été modifiée pour arme mixte en 1940 (ajout d'un canon de 25 mm antichar).
Doté d'un puits et d'une amorce de galerie, il aurait dû être relié à un second bloc, armé d'une tourelle pour deux mortiers de 81 mm et à un bloc d'entrée situé au bas de la pente, en arrière de la ligne de front. Mais par manque de crédit, les blocs comme la jonction furent annulés. Pendant la drôle de guerre, un membre de l'équipage convainquit son commandant d’aménager une pièce au fond du puits mais celle-ci s'avéra inutilisable par manque d'aération.
Deux cloches GFM permettent l'observation des alentours. L'une d'elle a la particularité d'avoir été partiellement transformée en type B (travail inachevé).
À défaut d'une entrée séparée qui aurait dû se trouver en arrière mais qui n'a jamais été construite, une porte blindée a été installée sur la façade arrière de l'ouvrage.
La chambre de tir est équipé d'un seul créneau pour jumelage de mitrailleuses, pouvant être remplacé par un canon antichar de 47 mm.
Deux cloches pour jumelages de mitrailleuses, dont une a été modifiée pour arme mixte, renforcent les tirs latéraux.
Pour la défense rapprochée de l'entrée, l'Einseling dispose de deux créneaux pour fusil-mitrailleur (dont un à l'intérieur du sas d'entrée).
Il y a aussi un fossé diamant, qui abrite une sortie de secours.

© LorUrbexPix / © Laure-Sylvie LAMBERT