L'ouvrage est composé en surface de trois blocs de combat, dont l'un sert aussi de bloc d'entrée, avec en souterrain des magasins à munitions (M 2), des stocks d'eau, de gazole et de nourriture, des installations de ventilation et de filtration de l'air, une usine électrique et une caserne, le tout relié par des galeries profondément enterrées. L'énergie est fournie par deux groupes électrogènes, composés chacun d'un moteur Diesel Renault 6-115 (six cylindres, délivrant 54 ch à 750 tr/min) couplé à un alternateur. Le refroidissement des moteurs se fait par circulation d'eau.

Articles détaillés : Ouvrage de la ligne Maginot, Installations souterraines et Blocs de combat.

En 2e cycle, l'ouvrage devait recevoir une entrée séparée au sud-ouest (bloc 4) ainsi qu'un égout. Il s'agit d'un ouvrage très intéressant à visiter, puisqu'il n'a subi aucune inondation ni dégradation importante. Le bloc 1 présente un style de peinture très particulier, et le bloc 2 possède encore le sas de décontamination. Étant en terrain militaire, les accès se font seulement sur autorisation.

Le bloc 1 est une casemate d'infanterie flanquant vers le nord-ouest, avec un créneau mixte pour JM/AC 47 (jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47 mm), une cloche JM et une cloche GFM (guetteur fusil mitrailleur).

Le bloc 2 sert en même temps d'entrée et de casemate d'infanterie flanquant vers le sud-est, avec un créneau mixte pour JM/AC 47, un autre créneau JM et une cloche GFM.

Le bloc 3 est un bloc d'infanterie, avec une tourelle de mitrailleuses et une cloche GFM.