1889-1918 : l’ouvrage intermédiaire Uhrich-Hoche est situé dans le secteur défensif Sud de la place forte de Strasbourg, sur la ligne principale de résistance de la ceinture des forts. Il renforce l’intervalle entre le fort Uhrich et le fort Schwarzhoff.
A partir de 1900 environ, il est adossé à une digue qui limite la vaste zone inondable implantée entre le l’Ill et le Rhin au Sud de Strasbourg. Cette zone inondable mise en œuvre en temps de guerre, est alimentée par les cours d’eau l' "Ill", "Schwarzwasser" et "Forst-Rhein" actuel Rhin Tortu.

Ouvrage intermédiaire dont le tracé est celui d’une demi-redoute quasi-rectangulaire à fossé plein d’eau. Il comprend un rempart en terre sans revêtement qui ceinture l’ouvrage, muni de deux traverses-abris sur le front, d’une traverse en terre et deux plates-formes d’artillerie sur chaque flanc, dévolues aux pièces d’artillerie destinées essentiellement au flanquement des intervalles. Il comprend au centre de l’ouvrage un abri avec des locaux à l’épreuve des bombes muni de 8 travées de casernement, d’une cuisine et de locaux de stockage. Sur le front de tête deux traverses-abri installées sous le rempart à chaque angle du front de tête. Au niveau de la gorge, l’entrée est encadrée et flanquée par deux blockhaus munis chacun d’une chambre de tir pour armes d’infanterie. Un pont protégé par des grilles enjambe le fossé. Ces deux blockhaus ont une double fonction : en plus d’assurer la défense rapprochée de l’entrée, celui de gauche fait office de poste de garde et celui de droite contient les latrines.

L’ouvrage a été modernisé vers 1894-1900 par l’installation d’une digue face au sud, le renforcement des locaux, l’allongement de l’abri central, la transformation de la traverse-abri gauche en abri de piquet d’alerte avec d’un observatoire cuirassé d’artillerie type « P.B.St. 96 », relié par tuyaux acoustiques à la Batterie n°39 établie à gauche de l’ouvrage, armée de 3 canons à bouclier de 10 cm. Sur la traverse-abri droite installation vers 1894 d’une salle pour le piquet d’alerte et d’une coupole tournante d’observation cuirassée modèle « W.T. 90 ». A partir du début du siècle, une importante zone inondable alimentée par « l’Ill », le « Schwarzwasser » et le Forst-Rhein » actuel Rhin Tortu est aménagée sur tout le front sud, entre le Rhin, le Fort Schwarzhoff (actuel fort Hoche), l’ouvrage Werder-Schwarzhoff, le Fort Werder (fort Uhrich) et le Fort von der Tann (fort Lefebvre).Les cours d’eau sont munis de barrages et l’ensemble du front Sud est couvert par une importante digue qui est raccordée aux flancs de l’ouvrage Werder-Schwarzhoff. Les batteries n°38 et 39 situées à gauche du Fort Werder et de l’ouvrage Werder-Schwarzhoff, sont dotés de 6 canons de 10,5 cm sous bouclier, adossés derrière la digue, qui avec leur portée de plus de 10 km peuvent tirer par-dessus la zone inondable. De taille trop réduite pour justifier la présence d’un système de défense contre l’infanterie, les ouvrages intermédiaires sont donc dépourvus de caponnières de tête ou de flancs et cette mission est assurée à partir du rempart lui-même. Armement d’après l’état de 1905 : 4 pièces de 9 cm de siège et de place dans le cadre de la mise en état de défense. Aucun armement d’après le plan d’artillerie de 1914.

Les deux plans d’eau situés à l'Est de l'ouvrage, ont vraisemblablement été créés lors de l’extraction du gravier et du sable pour la construction des ouvrages eux-mêmes, contribuent à sécuriser le site qui était à l’origine entouré par un réseau de fils de fer surmonté de barbelés.
 
 

 

   Merci à Fred et Aline pour m'avoir fait découvrir cet ouvrage, merci également à Cathy et Corantin de m'y avoir accompagné.  

 

 

Logo Site Optiomal
 Contactez-nous
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
frendeit